Accident EgyptAir: Pour les enquêteurs français, c’était un accident

Aucune trace d’explosifs n’a été trouvée sur les restes de victimes françaises d’un avion EgyptAir qui s’est écrasé vers la Méditerranée en mai 2016, a annoncé vendredi une source proche de l’enquête française à l’AFP.

La révélation, a déclaré la source, “ferme la porte” sur une théorie avancée par l’Egypte selon laquelle l’Airbus A320 a été expulsé du ciel alors qu’il faisait son chemin de Paris au Caire, tuant les 66 personnes à bord.

EgyptAir MS804 a disparu du radar sur la Méditerranée le 19 mai, s’écrasant dans l’eau entre la Crète et la côte du nord de l’Égypte.

“Il n’y avait pas de charges explosives” à bord de l’avion, a déclaré la source, car “aucune trace de poudre a été trouvée” par la police dans des échantillons prélevés sur les restes de huit des 15 ressortissants français tués.

Les autorités égyptiennes avaient livré les restes à leurs familles en janvier.

Selon la source, les résultats tant attendus ont été «récemment» signalés aux trois juges d’instruction chargés de l’affaire à Paris.

Les résultats “ne servent qu’à confirmer la théorie par les enquêteurs français depuis le début, qu’il s’agissait d’un accident et non d’un acte de terreur”, a déclaré la source, ajoutant que “cela ferme définitivement la revendication de la revendication du terrorisme”.

En décembre, un comité d’enquête égyptien officiel a déclaré qu’il avait trouvé des traces d’explosifs sur les restes des victimes, mais les fonctionnaires français à l’époque refusaient de tirer des conclusions sur la cause de l’accident.

Aucun groupe ne s’est également présenté pour réclamer la responsabilité de l’accident, qui a également tué 40 Egyptiens, y compris l’équipage de 10 membres.

Les enquêteurs français ont toujours favorisé une faute mécanique en raison de l’accident, en disant qu’un incendie a éclaté dans ou près du poste de pilotage de l’avion avant de plonger 22 000 pieds et a rapidement dévié avant de disparaître des écrans radar.

“À ce stade, la combustion ou l’auto-combustion d’une tablette dans le poste de pilotage est l’hypothèse de travail”, a déclaré la source, mais “éléments” nécessaires pour le prouver – tels que les débris de “la cabine ou les enregistreurs de vol” – “sont En Egypte et les Égyptiens n’ont pas montré une grande volonté de collaborer “.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *